SUCRE ET CANCER

🌿Aujourd’hui j’ai envie d’aborder un sujet qui me tient à cœur, pas très réjouissant car il s’apparente à un de mes plus gros coup de gueule…
🌿Je garde le souvenir glaçant d’une amie aujourd’hui disparue à qui j’avais conseillé la lecture d’ANTICANCER de David Servan Schreiber. Je lui ai même offert le livre pour être sûre qu’elle le consulte…
🌿Je lui ai aussi parlé du sucre, néfaste pour l’organisme, véritable poison dont les cellules cancéreuses raffolent.
🌿Elle aurait aimé me croire je pense, même si elle trouvait ça trop beau d’arrêter le sucre pour lutter contre le cancer. Malheureusement, son cancérologue lui a dit « nous n’avons pas assez de recul pour cautionner cette théorie » ! Elle n’a donc pas hésité à se faire plaisir, (normal), et à continuer à prendre des desserts au restaurant, à manger des céréales le matin, etc.
⭐️Mon amie est décédée en mars 2018, 6 mois après l’annonce de son cancer, elle avait 46 ans…⭐️
🌿Si les cellules cancéreuses n’aiment pas le sucre, alors pourquoi utilise t-on le sucre pour détecter les tumeurs !!!!
🌿Lorsqu’on suspecte la maladie et qu’on n’arrive pas à la localiser, ou quand on veut voir si une cellule a métastasé, on utilise une machine très performante, le petscan.
🌿Du sucre sur lequel on a fixé un marqueur radio actif est injecté dans nos veines. Peu de temps après l’injection, nous passons sous une caméra pour voir où ce sucre s’est fixé dans notre organisme. Le sucre est condensé dans une zone : c’est la zone où se trouve la tumeur.
🌿Donc si on nous dit que les tumeurs n’aiment pas le sucre, pourquoi fait-on cet examen ?
🌿Cette interrogation me met tellement mal à l’aise…des médecins, cancérologues, radiologues ne se posent-ils pas cette question ? Pour eux le sucre en particulier et l’alimentation en général n’a pas de rapport avec le cancer, cette inflammation de l’organisme ?
✨Je suis naturopathe et non médecin, je ne me permettrais donc jamais de proposer un programme anticancer à mes consultants. Donner des pistes, ouvrir une réflexion, susciter des interrogations, mais jamais avancer un quelconque protocole.
✨Mais moi…
🌿Si un jour j’entends d’un médecin la phrase tellement redoutée « Madame c’est un cancer »… je mettrais en pratique mes croyances.
1️⃣ L’ALIMENTATION ANTI-INFLAMMATOIRE
🌿Tout le sucre de l’alimentation passe très vite la barrière digestive, va très vite dans le sang et à l’endroit où se trouve la maladie. Oui le sucre alimente les tumeurs !
🌿Le glucose est un nutriment essentiel pour le fonctionnement de notre organisme. Mais pas besoin de sucre pour fabriquer du glucose !
🌿En effet, tout ce que l’on mange (glucides, lipides, protéines) va à un moment donné se transformer dans notre corps en glucose. Toutes les cellules, qu’elles soient malades ou saines ne se nourrissent que de deux choses : le glucose et l’oxygène. Nous avons besoin de l’oxygène pour mettre le feu au glucose, qui va ainsi libérer l’énergie de cette molécule.
🌿Donc notre corps est capable de fabriquer du glucose…sans sucre… donc pas la peine d’en rajouter.
🌿Je supprimerais donc le glucose et…l’oxygène des cellules.
🌿Et comment fait la tumeur pour avoir de l’oxygène ? Elle va générer de l’inflammation en fabriquant plein de petits vaisseaux qui vont créer de l’oxygène. Des aliments vont aggraver le fond inflammatoire, surnourrir les zones malades.
🌿J’adopterais donc une alimentation anti cancer, en supprimant tous les aliments pro inflammatoires, les aliments qui vont sursolliciter beaucoup le pancréas dans sa capacité à digérer.
🌿Plus le pancréas va travailler, plus il va stimuler un système nerveux, le parasympathique et plus il sera stimulé, plus l’organisme fera de la congestion ; cette congestion étant le lit de l’inflammation..
🌿Je mangerais donc en évitant l’état congestif de notre organisme, en adoptant une alimenation anti-inflammatoire, hypotoxique.
J’éviterais donc
▪️Tous les produits laitiers,
▪️Toutes les graisses cuites
▪️Le sucre
▪️Le gluten qui inflamme beaucoup l’intestin et qui va contribuer par d’autres mécanismes à inflammer l’organisme (cf Jean Seignalet)
▪️Je supprimerais aussi les viandes rouges et les charcuteries qui contiennent des produits pro oncogènes (nitrites ou additifs/produits de conservation)
2️⃣ LE MENTAL
🌿Quand on est malade, David Servan-Schreiber insiste beaucoup sur l’importance de se défaire du sentiment d’impuissance qui nourrit le cancer, afin de réduire l’inflammation. Toujours en se basant sur des études.
🌿Ne plus y croire, ne plus trouver de joie dans son quotidien, penser régulièrement qu’on ne va pas s’en sortir. Autant de pensées négatives (certes légitimes dans certaines situations) qui auront tendance à augmenter l’inflammation, lit de la croissance de la tumeur.
🌿Plusieurs méthodes, techniques aident à gérer ses émotions, son stress, ses souffrances présentes ou passées.
▪️L’EMDR (méthode basée sur le clignement des yeux pour guérir les traumatismes psychologiques notamment pendant l’enfance)
▪️La méditation
▪️Le yoga
▪️Les exercices de respiration et la cohérence cardiaque
▪️Bien s’entourer
3️⃣ L’EXERCICE PHYSIQUE
🌿L’activité physique réduit la quantité de tissu adipeux (de gras), principal lieu de stockage des toxines cancérigènes.
De plus, faire bouger son corps favorise l’équilibre hormonal. En effet, bouger permet de diminuer les excès d’oestrogènes et de testostérone qui stimulent la croissance des cancers (surtout vrai pour le cancer du sein, de la prostate, des ovaires et de l’utérus).
🌿Le sport aide aussi à diminuer le taux de sucre dans le sang pour éviter l’inflammation des tissus.
Il renforce aussi le système immunitaire, en renforçant les défenses naturelles nécessaires pour lutter contre les infections.
🌿De plus, il faut savoir que même quand on est malade, en parallèle au traitement, il est prouvé que l’exercice physique est l’une des méthodes les plus avérées pour soulager la fatigue liée à la maladie ou à son traitement. On ne parle pas ici de soulever des poids. 30 minutes de marche tous les jours suffisent !
🌿Enfin, le sport agit comme un anti-dépresseur.
✨Je souhaite à tous ceux qui se battent contre cette maladie ou une autre, de croire en la vie, même si les pronostics sont mauvais. Nous ne sommes pas des statistiques ! Ni des rats de laboratoire ou des boîtes de Pétri !
✨Croyons en la vie ! Croyons en nous !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *