Pourquoi je ne mange pas de gluten alors que je ne suis pas intolérante ?

 

Non je ne suis pas coeliaque, même pas intolérante ou sensible au gluten  ! Alors pourquoi je ne mange pas de pain , de pâtes, de pizza, de croissants, de brioche…

1/ L’histoire de Dorian

Dans son livre  Comment le blé moderne nous intoxique Julien Venesson nous raconte l’histoire (vraie) d’un jeune homme qui a passé une bonne partie de sa vie à souffrir physiquement.

Tout à commencer quand il est parti en vacances en Grèce avec sa chérie. Sur place, il a contracté la « turista » et a donc terminé son séjour…sur les toilettes. Mais même si une bonne gastro n’a jamais tué un jeune homme de 17 ans, ce fut le début de ses ennuis.

C’est à partir de là que sa santé ne va cesser de se dégrader…pendant 20 années !!!

Pendant 20 ans, il va souffrir de symptômes qui viennent s’ajouter les uns aux autres au fil des ans : troubles digestifs récurrents, fatigue chronique, nausées, éruptions cutanées, peau sèche, douleurs articulaires, crampes nocturnes, trouble de l’humeur, tendance à la dépression, mauvaise qualité du sommeil, cystites à répétition…

Evidemment ces symptômes l’ont conduit chez son médecin traitant qui n’a rien trouvé puisque tous les examens sanguins revenaient négatifs. « C’est dans la tête peut-être »…

Il a ensuite consulté des gastro entérologues, neurologues, psychiatres, sans aucun succès.

En 2008, soit 17 ans après son séjour en Grèce, il est épuisé physiquement et moralement, passe beaucoup de temps devant son ordinateur et échange sur des forums avec d’autres malades. L’un d’entre eux lui suggère d’enlever de son alimentation le gluten, cette protéine retrouvée dans le blé mais aussi dans d’autres céréales comme l’orge, le seigle, l’épeautre ou l’avoine.

N’ayant rien à perdre il tente l’expérience et…le résultat est inimaginable ! En moins d’une semaine, il est soulagé sur TOUS ses symptômes et certains ont disparu. Il continue sur sa lancée et son état s’améliore de jour en jour.

C’est le Dr Rostami, gastro entérologue qui enfin posera un diagnostic sur son état : hypersensibilité au gluten. Je n’ai pas dit coeliaque, qui est une maladie auto-immune liée au gluten, j’ai bien dit hypersensible. Et c’est cette sensibilité au gluten qui est responsable de ses 20 ans gâchés de sa vie !

Et le témoignage de Dorian en est un parmi tant d’autres !

 

2/ Alors comment le gluten peut-il faire autant de dégâts ?

 

Réponse : notre corps ne reconnait pas cette nouvelle protéine.

Le blé que l’on consomme actuellement a subi de nombreuses manipulations génétiques depuis les débuts de l’agriculture il y a 10 à 15 000 ans, notamment pour augmenter la productivité, ainsi que la teneur en gluten afin d’ améliorer la panification chez le boulanger.

Aussi incroyable que cela puisse paraître, les espèces actuelles de blé comportent 42 chromosomes, tandis que le blé ancestral (aussi appelé engrain sauvage ) n’en avait que 14 !

À force d’hybridation et de modifications génétiques, le blé moderne contient désormais des protéines nouvelles que notre organisme n’est pas capable d’assimiler.

En effet, pour qu’une protéine soit digérée, encore faut-il que le tube digestif fabrique les enzymes adaptées, c’est-à-dire les produits chimiques qui seront capables de les dissoudre. C’est là que le bât blesse ; notre corps n’a pas ces enzymes programmées. Nous avons les enzymes pour digérer le blé ancien, l’engrain, mais pas ces nouvelles protéines contenues dans le nouveau blé et ses dérivés.

 

3/ Le gluten est nocif pour TOUT le monde

Ces protéines, qui ne sont pas transformées par notre digestion grâce aux enzymes, arrivent dans l’intestin dans le même état qu’à leur entrée, et chez certaines personnes génétiquement prédisposées, cela déclenche des inflammations équivalentes à une véritable torture. On parle alors de maladie cœliaque, une maladie qui ne touche « que » 1 % de la population.

Mais en réalité, plusieurs études scientifiques récentes ont démontré que le gluten du blé moderne est nocif pour tous les êtres humains, y compris pour les personnes qui ne sont pas coeliaques !

En 2015, des chercheurs américains de l’hôpital général du Massachusetts, de l’université John Hopkins et de l’université médicale du Maryland  ont testé l’effet de la consommation de gluten sur 3 groupes de personnes (1) :

  • un groupe de malades cœliaques,
  • un groupe de malades hypersensibles
  • un groupe en pleine santé.

Résultat : dans tous les cas la consommation de blé augmente fortement la perméabilité intestinale !

 

4/ Concrètement dans votre corps

Les conséquences de cette perturbation peuvent être terribles.

 

Non seulement notre intestin souffre et peine à assimiler les nutriments, mais il devient de plus en plus poreux et va laisser passer dans la circulation sanguine certaines protéines qui normalement devraient rester dans l’intestin et être évacuées par les selles.

Ces grosses molécules qui se retrouvent dans le flux sanguin vont agir dans notre organisme comme des terroristes qui veulent tirer sur tout ce qui bouge, déclenchant les défenses de notre corps. Les boucliers du système immunitaire sont levés pour faire face à ces agresseurs !

 

Mais au fil des mois et des années, et selon la résistance du corps, votre système immunitaire va être débordé et va avoir des difficultés à faire son travail correctement. Les méchants gagnent la bataille et écrasent la défense ; les grosses molécules gagnent la partie et les pathologies apparaissent : diarrhées chroniques, douleurs articulaires, migraines, fatigue chronique, dépression, maladies auto-immunes, etc.

Et c’est le début d’un long chemin de croix qui peut durer des années comme pour Dorian si on laisse sa barrière intestinale s’endommager en apportant à notre corps des molécules qu’il ne peut pas gérer !

 

Longtemps minimisés par les autorités sanitaires, les dangers du gluten sont aujourd’hui de plus en plus reconnus. (Non ce n’est pas une mode !).

 

D’où les effets étonnants d’un régime sans gluten, qui peut non seulement résoudre vos problèmes de digestion, mais aussi vous redonner le moral, plus d’énergie, moins de sensibilité aux infections.

 

Si vous n’êtes touchés par aucun des symptômes ci-dessus, gardez en tête qu’une alimentation sans gluten est un moyen simple et efficace de conserver un intestin en meilleure santé et de limiter l’apparition des maladies chroniques de demain. Et c’est exactement pour cette raison que je ne mange pas de gluten aujourd’hui.

 

(1) Effect of gliadin on permeability of intestinal biopsy explants from celiac disease patients and patients with non-celiac gluten sensitivity.

 

 

Article écrit par Aurélie Hili pour www.naturophila.com

 

 

5 réponses

  1. merci pour votre article trés bien expliqué et efficace pour prise de conscience , j’adore le gout du pain… et j’en mange beaucoup moins maintenant, bonne raison de le savourer encore plus en le dégustant moins régulierement ))

    1. Merci pour votre commentaire ! Evitez au moins le pain blanc !;o). Et si il est complet…mieux vaut le choisir bio car c’est justement dans l’enveloppe du grain que se nichent les pesticides. Donc un pain complet qui n’est pas bio n’est pas très bon pour votre santé…

  2. Exactement, je ne suis pas intolérante non plus et j’arrêté de manger du gluten pendant trois ans, cela m’a fait un bien fou.
    Par contre, après trois ans, j’ai repris parce que je trouvais que c’est une contrainte difficile à intégrer dans la vie de tous les jours. Je me fais des petites cures de temps en temps, et je retrouve l’énergie ! Merci pour cet article qui me donne l’envie de recommencer un régime sans gluten…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *